Programme Officiel

Programme Vannes au Coeur !

Retrouvez nos 80 premières mesures...

➔    Créer un changeur et une route pénétrante à Bilaire. Accès hôpital, gare et centre-ville

➔    Simplifier l’échangeur de Liziec (les doubles voies entraînent des « goulets de rétrécissement »

➔    Ouvrir de grands parkings-relais périphériques, gratuits et limités à la journée

➔    Passer en régie municipale le stationnement dans le but de réduire les tarifs

➔    Instaurer la gratuité pour 3 h. dans certaines zones proches des commerces de l’intra-muros (sur le modèle de l’hôpital)

➔    Mettre un terme au gonflement des grandes surfaces à l’Ouest et au mélange administrations avec les grandes surfaces

➔    Redonner une fonction aux quartiers (lié au point précédent)

➔    Défendre les services publics de proximité

➔    Envisager un nouveau faubourg sur la rive gauche sans que cela ne devienne un nouveau pôle appauvrissant l’intra-muros (voir notre projet étudiant dans « logement » et dans les points suivants pour l’intra-muros)

➔   Implanter une gare multimodale

➔   Mettre un terme aux projets immobiliers spéculatifs et privilégier l’installation d’administrations et de services publics sur ce secteur (ne pas refaire l’erreur de saturer les zones commerciales encore plus par le déménagement de la CPAM, l’URSSAF…) :

➔    Créer un quartier d’affaires ce qui redynamisera aussi le centre-ville)

➔   Voir les deux points « échangeur » dans « redynamiser le centre-ville » dont le nouvel échangeur de Bilaire, qui permettra de fluidifier la circulation

➔   Affecter une ligne de bus circulaire dans les deux sens sur les grands boulevards périphériques

➔   Mettre en place des lignes directes Est-Ouest / Nord-Sud à partir de la future gare multimodale vers les centres des communes périphériques en passant devant les parkings de covoiturage

➔   Diminuer et simplifier des tarifs et abonnements

➔   Adapter les bus pour personnes à mobilité réduite à notre nouveau réseau

➔   Convertir progressivement des transports urbains en régie publique (respect des salariés et usagers, répondre mieux à la demande)

➔   Multiplier les parkings relais aux entrées de la ville et dans la comm. d’agglo. à proximité des bourgs (d’où partiront les lignes de bus)

➔   Compléter et sécuriser le réseau de pistes cyclables

➔   Repenser le giratoire de Pompidou (par des voies directes évitant l’entrée sur le rond-point)

➔   Entamer une réflexion sur une voie express à deux fois 3 voies au niveau de Vannes (en partenariat avec Etat car il s’agit de la RN165)

➔   Libérer la place de la République en laissant juste les couloirs de bus, au profit de la gare multimodale

➔   Ne plus déplacer les administrations en zones commerciales saturées

➔   Embaucher des agents de la circulation pour fluidifier la circulation (comme dans de nombreuses villes européennes)

➔   Ne plus encourager l’investissement locatif défiscalisable pour les propriétaires (loi Pinel et dispositifs similaires susceptibles d’être proposés dans les années à venir)

➔   Solliciter l’Etat pour encadrer les logements Airbnb (diminution du parc locatif, nuisance, prostitution…)

➔   Inaugurer un établissement public foncier et accompagner des groupements de propriétaires actifs locaux dans l’achat immobilier (ne plus brader le foncier pour les promoteurs)

➔   Taxer des résidences secondaires

➔   Le logement social, seule alternative pour rester sur Vannes pour beaucoup, doit être plus respectueux des bénéficiaires (il n’a pas pour vocation de devenir le juteux marché que l’on connaît, cogéré par une banque. La ville n’a pas à encourager la maltraitance des résidents, notamment des retraités, pendant les travaux de rénovation : plusieurs témoignages accablants contre VGH).

➔   Bâtir une nouvelle Cité U, des conteneurs isolés sur l’exemple de la Suède, Pays-Bas…

➔   Bâtir des logements étudiants sur la rive gauche du port et réussir le nouveau quartier, sans le livrer aux promoteurs.

La fin de la spéculation immobilière a aussi un rôle écologique : habiter plus près de son lieu de travail limite les émissions de CO2 (plusieurs dizaines de milliers de voitures par jour convergent vers Vannes) ; il n’y aura plus la nécessité de construire de nouvelles barres d’immeuble et des lotissements palliatifs en périphérie, détruisant bassins versants et zones naturelles humides.

➔   Ajuster le mobilier urbain et les équipements (signaux sonores, passages pour fauteuils roulants, bus spéciaux à renforcer, élargissement des trottoirs et partage de l’espace quand pas d’autres possibilités sur la voirie…).

    ➔   Conserver des voies de circulation pour les professionnels (sans dos d’âne, chicanes, zones 20 ou 30 km, etc). Une ville n’est pas composée de zones de villégiature de station balnéaire

    ➔   Mettre fin aux cités dortoirs dans la comm. d’agglo, reconstruire les centres sur eux-mêmes

       Renégocier les emprunts et ne plus brader le foncier communal (qui a servi jusque-là pour éviter de faire grimper la fiscalité locale. C’est une bombe à retardement)

       Penser le développement des quartiers et des voies d’accès sur le long terme et non à travers du bricolage coûteux

       Inscrire systématiquement les principaux équipements urbains ayant une vocation majeure de développement dans un projet d’Etat, bénéficiant ainsi du retour de la fiscalité dans l’investissement local (ce que nous faisons pour l’Île-de-France. Kerino, investissement utile, aurait été ainsi moins coûteux pour les Vannetais).

       Nouer plus de partenariats locaux dans les cantines scolaires, faire fonctionner l’économie de l’agglo.

       Défendre les services publics de proximité (La Poste, les services santé, Pôle emploi…) : la municipalité et la communauté d’agglomération doivent soumettre les besoin à l’Etat, à la Région et aux départements.

       Privilégier une économie diversifiée face au « tout-tourisme », faire vivre Vannes à l’année et ne pas faire de l’emploi touristique précaire une norme. Le tourisme de masse c’est la fuite des capitaux vers des investissements détournés ailleurs (exemple de chaînes hôtelières liées à ce type de tourisme)

       Permettre l’ouverture de services solidaires sur la commune : un garage de réparation automobile, des cuisines associatives…

    Défendre le développement des services de santé et de services à la personne (qui ne dépendent pas de la municipalité) : la population a vieilli et de nombreux retraités s’installent à Vannes, les services de santé dépendants des collectivités (département et région) n’arrivent pas à suivre la demande car l’Etat en conserve les budgets tout en déléguant les compétences et la gestion.

    ➔     L’eau doit rester régie publique et la protection des réserves une priorité

    ➔     Les transports en commun doivent revenir à la comm. d’agglo. (publics)

    ➔     Pas de gels de salaires (comme c’est le cas des salariés KICEO depuis 2014)

    ➔   Installer le Ti ar Vro (le centre de culture bretonne) et la maison des artistes (Les Bigotes actuellement)  dans des locaux pérennes

    ➔   Inaugurer un nouveau festival de musique d’envergure nationale en collaboration avec les acteurs locaux (Associations culturelles, associations commerçantes …) au niveau du stade de la Rabine, du port et des Remparts

    ➔   Le retour des petites scènes en centre-ville : favoriser le développement des café-concerts en accompagnant les mises aux normes sonores

    ➔   Maintenir le Dédale au-delà de 2021 et y faire intervenir les artistes locaux ; mettre en avant un « parcours Dédale » (street-art) dans le cœur de la ville

    ➔   Mettre fin à la « culture choisie » par les élus et faire confiance aux acteurs locaux et / ou aux initiatives privées

    ➔   Fonder une commission culture extra-municipale aux pouvoirs co-décisionnels

    ➔   Education (enseignement): adapter en permanence les équipements scolaires et périscolaires aux prévisions démographiques

    ➔   Ouverture de crèches, notamment en breton

    ➔   Continuer à « choyer » le RCV, devenu la vitrine indiscutable de la ville, tout en aidant les autres budgets sportifs

    ➔   Penser agglo. dans la mise en réseau des infrastructures (Echonova, Chorus, salles omnisports à rôle culturel)

    ➔   Redonner des repères culturels et linguistiques dans les administrations et systématiser la signalétique en breton. L’identité est source de stabilité sociale ; elle ouvre au monde et renforce la personnalité individuelle et collective.

                           Instaurer un plan rigoureux de ciblage des actes de malveillance et de délinquance : ne pas pénaliser toute la société à cause des méfaits d’une minorité

                           Créer une police de proximité

                           Être partenaire de la Justice pour encadrer les peines de travail d’intérêt général et redonner à ces peines un caractère éducatif

                           Appuyer auprès de l’Etat l’augmentation des effectifs de la Police Nationale et augmenter la présence de nuit

                           Soutenir activement la coopération police municipale, nationale et gendarmerie

                           Installer provisoirement des caméras de vidéoprotection dans les zones sensibles et la déplacer selon les besoin (ex. : dans les rues Delacroix-Delaunay à Ménimur et en intra-muros)

                           Soutenir l’agrandissement du commissariat du boulevard de la Paix (locaux désaffectés de la DDTM) ; envisager une passerelle entre les deux bâtiments

                           Maintenir les commissariats de quartier et participer aux points hebdomadaires concernant la sécurité avec l’ensemble des professionnels impliqués sur le terrain

                           Elargir la présence des éducateurs sur le terrain est primordial

                           Promouvoir les associations qui sortent les jeunes des quartiers au profit d’activités culturelles et sportives structurantes et pédagogiques

                                        ➔   Sauvegarder les derniers espaces naturels et respecter les études d’impacts du PNR 

                                           Protéger les bassins versants, espaces où la biodiversité est importante. Ce sont des réserves d’eau menacées et des zones éponges empêchant les inondations 

                                           Privilégier les écoquartiers 

                                           Promouvoir les « Energies propres (renouvelable ?) » dans le remplacement des bus 

                                           Récupérer les eaux pluviales 

                                           Rénover l’ensemble des stations d’épurations de la communauté d’agglomération pour assainir les eaux du Golfe 

                                           Encourager toutes les économies d’énergie et le tri sélectif dans tous les espaces publics 

                                           Préserver les arbres anciens (les plus gros consommateurs de CO2) face au « massacre » que nous subissons en ce domaine depuis des décennies 

                                           Privilégier les circuits courts, notamment dans les cantines scolaires.

                                           Proposer la vice-présidence de la commission des finances à un élu de l’opposition 

                                           Engager la ville de Vannes dans la signature de la charte ANTICOR (éthique et transparence) et les mesures de l’Organisation Non -Gouvernementale Transparency International France

                                           Faire fonctionner la démocratie locale par la tenue de référendums locaux d’initiative populaire

                                           Mettre en place un plan de prévention de la corruption au sein des institutions publiques

                                           Publier le montant cumulé de l’ensemble des indemnités perçues par les élus et les rencontres des décideurs publics avec des groupes d’influenceurs

                                           Encadrer les frais de représentation

                                           Tenir un registre des déports.